Musée du Bois Tiffrais Tourisme - Sentiers pédestres -

               Le   Bois-Tiffrais :  Musée du Protestantisme

Histoire – Le château

Une présence continue. Le bocage, un paysage entrecoupé de haies et de bosquets coulant à perte de vue vers l’horizon, pas le moindre toit à se mettre sous l’œil. C’est dans ce cadre préservé de Monsireigne, à mi-chemin entre Pouzauges et Chantonnay, que se loge cette demeure protestante, habitée presque sans interruption depuis le XVIème siècle, transformée en Château à la française à la fin du siècle dernier.

  • 16e : Le seigneur du Bois-Tiffrais passe au protestantisme tout comme à la Chauvinière toute proche .
  • 19e : Abandonné pendant les guerres de Vendée, cet ancien logis noble est remis en état sous l’Empire. Vers 1875, il est agrandi et transformé en « Château à la Française » pour être un rendez-vous de chasse par Louis-Jacques ARNAUD (1816-1888).

Philippe Guillebaud , son neveu était propriétaire du Bois-Tiffrais jusqu’à son décès en 1910. Il est enterré dans la petite bâtisse que l’on peut encore voir dans le « champ du Grison » de la Suraudière à la sortie de St Prouant. Son neveu et filleul, Philippe Bage a hérité du Bois-Tiffrais.

  • 1936 : Madame Bage accueille la première fête de paroisse dans le parc. 1939 – Camp d’Éclaireurs
  • 1943 : Décès de Philippe Bage.
  • 1945 : Décès de sa mère qui donne le Bois-Tiffrais et ses dépendances à la Société de l’Histoire Protestantisme Français. Un comité gère le domaine et le musée avec notamment Mr Hugues de Poitiers, Mme Jean Loyau de Pulteau, Mme Waddington de Pouzauges .
  • 1947 : Ouverture du musée dont le pasteur Paul Romane-Musculus est le premier Conservateur – Camps d’été.
  • 1982 : Réparation de la toiture du château et du bâtiment dit « L’Orangerie.
  • 1986 : Création de l’association par le Général Jérôme Monié, président.
  • 1991 : Président Mr François Loyau.
  • 1998 : Nouvelle équipe avec un esprit d’ouverture sur la commune de Monsireigne dont dépend le Bois-Tiffrais. En juin 1998, les familles du Centre Bourg se sont réunies au Bois-Tiffrais.

L’emblème local

Le château du Bois-Tiffrais se trouve sur la commune de Monsireigne, au cœur du bocage vendéen, non loin de Pouzauges. La présence d’une maison-forte est attestée dès le Moyen-Age. Le site, avec un dégagement de trente kilomètres de vue par temps clair, était prédisposé pour cela. Depuis, le bâtiment a connu de multiples destructions et réaménagements.
Le corps du château présente une façade très harmonieuse composée de deux ailes ouvertes par deux fenêtres sur deux niveaux. Des mansardes aèrent la haute toiture ardoisée et procurent à l’ensemble l’aspect des gentilhommières de campagne.

Façade et entrée. Dès le 16e siècle, les seigneurs du Bois-Tiffrais optent pour la Réforme. Depuis, le château a connu de nombreux changements de propriétaires. La grande majorité des familles qui l’ont habité était protestante. De ce fait, le Bois-Tiffrais est un lieu de mémoire fidèle de la Réforme, un endroit où la recherche des origines des familles de la région peut s’établir dans la continuité (Cf. Atelier de généalogie).

Un ensemble architectural préservé et un appel à la flânerie

A proprement parler, le Bois-Tiffrais est un logis transformé en château à la française comprenant une très ancienne exploitation où vivaient les domestiques. Les communs sont nombreux et comprennent : des logements de domestiques, orangerie, écuries, sellerie, remises, chenils, pressoir, moulin, étable, buanderie, fournil complètent un ensemble fait pour l’autosubsistance des maîtres et des domestiques. Le colombier, le poulailler, la porcherie, la cressonnière, un potager et un verger sont autant de garantie d’un bâtiment organisé, pour se suffire à lui-même et ne pas dépendre de l’extérieur. L’ensemble est un véritable témoignage de la vie agricole des protestants notables vendéens de jadis.

Les dames de religion protestante portent souvent cette croix en collier.

                  

 

Mars 2011 :  Texte proposé par le Bois-Tiffrais. ( bois-tiffrais.org) . En hommage à Francine, ma belle-fille et à tous ceux et celles qui ont choisi  d’ Aimer  quels que soient les héritages religieux de leur famille ou l’absence de religion.

La croix des protestants est dite « croix huguenote ». Elle se compose d’une croix et d’un pendentif. Les quatre branches de la croix, de longueur égale, évoquent la croix de Malte et celle du Languedoc. Elle ressemble aussi à celle de l’ordre du Saint-Esprit, institué par le roi Henri III. Faut-il y voir un signe du loyalisme des protestants à l’égard de la monarchie ? La croix huguenote apparaît un siècle après la Réforme, en France. Elle devient le signe de reconnaissance des réformés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Musée de la France protestante de l’Ouest.Bois-Tiffrais Chateau 2

Plus encore que d’autres régions, l’Ouest de la France reste marqué par son passé protestant. La réforme, adopté très tôt par les seigneurs, devint largement majoritaire dans la région vers 1560. Cette suprématie, par les pillages et destructions des églises, empêcha la pratique du culte catholique pendant plus de 30 ans. L’Edit de Nantes mit fin au conflit, mais après la mort d’Henri IV, décret après décret, la persécution des Protestants commença jusqu’à l’abolition totale du culte par la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685. Malgré la destruction des temples, les dragonnades, les conversions forcées, l’exil, le culte continua à se pratiquer par les assemblées nocturnes -du Désert) et cela jusqu’à la Révolution.

L’Ouest de la France est très tôt marqué par le développement du protestantisme: la religion dite réformée avec comme chefs de file Luther (en Allemagne) et Calvin (en France).

Le musée installé dans le château, présente, au travers des différents objets de sa collection, les événements importants qui ont jalonné l’histoire des communautés protestantes de la façade atlantique. Il fait revivre ces quatre siècles de protestantisme.
Dans ce logis du XVIIIe siècle, transformé en château à la française, une équipe de bénévoles est heureuse de vous accueillir.

Propriété de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (la SHPF),  cette ancienne demeure présente l’ histoire des protestants  dans l’ Ouest de la France depuis près de 500 ans et entre dans la catégorie des musées  européens d’ histoire protestante. Une présence continue dans le bocage, un paysage entrecoupé de haies et de bosquets coulant à perte de vue vers  l’horizon, pas le moindre toit à se mettre sous l’œil. C’est dans ce cadre préservé de Monsireigne, à mi-chemin entre Pouzauges et Chantonnay, que se loge cette demeure  protestante, habitée presque sans interruption depuis le XVIème siècle, transformée en Château à la française à la fin du siècle dernier.Bois-Tiffrais 6 Orangerie

 Le musée comprend maintenant (en 2013) huit salles au rez de chaussée ouvertes à la visite

Bois-Tiffrais Chêne 3

Le samedi 24 août 2013, ce chêne a été classé « Arbre remarquable de France ».

Il est ouvert jusqu’au 1er septembre
tous les jours sauf lundi de 14 h à 18 h
ainsi que pour les journées du Patrimoine
Découvrez-y l’important passé protestant de la France de l’Ouest et ses liens avec le Refuge huguenot (Pays-Bas, Grande-Bretagne, Allemagne, Suisse, Afrique du sud , Amériques ….)

 

Depuis 2007, c’est le pasteur Denis Vatinel qui en est le Conservateur jusqu’à ce jour (mars 2020).

          

            Profitez de l’espace d’accueil pour vos réceptions. L’Orangerie est ouverte sur le parc du château. Un cadre naturel idéal au cœur de la campagne vendéenne.

Pour aller sur le site du musée: http://bois-tiffrais.org

       
                                                                                       
 
 

 Juillet 2016 : Le musée régional d’Histoire du Protestantisme installé au Bois-Tiffrais de Monsireigne, a marqué le 500 anniversaire de la réforme mise en place par Luther. L’année officielle du 500ème anniversaire est 2017 mais diverses cérémonies marquent le début de la réforme qui a commencé en 1516. Une cérémonie dans un cadre champêtre, en plein air, à l’ombre du « Chêne remarquable » classé en 2012.

Le méreau est une sorte de « bon pour », un signe de reconnaissance, un laisser -passer qui prend la forme la plus commune d’un jeton, en plomb. ou en étain. Ils existent depuis le Moyen-Âge.   Au temps de Calvin, les anciens d’une église protestante les distribuaient aux fidèles qui étaient dignes de communier à la Cène. Ce qui explique la représentation fréquente de la coupe et du pain sur une face. Au temps des assemblées au « Désert », ils serviront à admettre sans crainte le s assistants inconnus et ainsi éloigner les espions  éventuels. Le musée du Bois-Tiffris en possède une belle collection.

Présence du Pasteur François Clavairoly (juillet 2016).Bois-Tiffrais Fête d'été juillet 2016 a

La Fédération protestante de France est une organisation religieuse non cultuelle, créée le 25 octobre 1905. Elle a pour but de réunir les principaux courants chrétiens protestants de France : luthériens, réformés, mais aussi évangéliques, baptistes, pentecôtistes … François Clavairoly, né 1957 à Pamiers (Ariège), est pasteur de l’Église protestante unie de France, président de la Fédération protestante de France depuis 2013. Pasteur réformé, marié, père de trois enfants, il est fils, petit-fils de pasteur. Il est titulaire d’une maîtrise de théologie de la faculté de théologie protestante de Strasbourg et d’un DEA de la faculté de théologie protestante de Paris. Son homélie, en rapport avec la parabole du bon Samaritain,  a été très appréciée par les paroissiens présents. Le parallèle qu’il a fait avec notre société mondiale actuelle a été pertinent !

Plus de deux cents personnes venues de Paris, Tours, Moncoutant et d’ailleurs, ont participé.

La présidente du Conseil d’administration qui gère le Bois-Tiffrais, France JOANNE, a rappelé que l’association a 30 ans, un temps de maturité. « Le Bois-Tiffrais est un lieu  de rencontres, de retrouvailles, de prières, de travail et de convivialité » a-t-elle rappelé.

Plantation d’un tilleul, un arbre qui vieillit bien il semblerait !Bois-Tiffrais Fête d'été juillet 2016 b

A la fin de la cérémonie religieuse, un tilleul a été planté en souvenir de ce 500ème anniversaire.

Rappelons que le musée est ouvert en juillet et août tous les jours (sauf le lundi) ,de 14 h à 18 h. Billet d’entrée: 5 € par personne.