Patrimoine A Découvrir

L’église Notre Dame de l’Assomption date du XIIIème siècle

SON STYLEEglise face sud

   L’église de Monsireigne à nef unique, a connu plusieurs campagnes de construction. De style roman, l’Église primitive devait ressembler à celle de Chavagnes-les-Redoux comme dans cette dernière, le portail, l’arcade qui séparent la nef du chœur, la nef du chœur lui-même sont du XIIIe siècle.

   La nef est une reconstruction à mur uni sans style, faite après les guerres de religion. Son portail se compose de trois archivoltes plates, concentriques, légèrement en retrait l’une sur l’autre, reposant sur des pieds droits, semblables, sans tailloir.

   Un cordon orné de dents de scie en forme l’extérieur.

 

Eglise intérieur

 

Eglise face ouest

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Le chœur de style roman en transition avec le gothique est composée de deux travées, éclairé par des baies en plein cintre et par une baie d’axe en ogive, est couvert par une voûte en berceau brisé (XIIème ?). Chaque travée a deux fenêtres, les deux premières sont primitives, les autres modernes.
  • La nef, relativement large, éclairée par des baies en ogive disposées sur sa façade sud, est couverte par un plafond plâtre sur lattis.
  • Le chevet est plat.
  • La façade ouest est cernée par deux contreforts, l’un circulaire et l’autre à base carrée.
  • Le clocher, œuvre grossière, qui date peut-être de la première reconstruction, est large et écrasé. La cloche : Marie-Victoire, a été changée le dimanche 4 juin 1989.
  • La sacristie a probablement été construite à la fin du XIXème siècle sur la façade sud du chœur.
  • Sur les façades, on remarque les différentes campagnes de construction en analysant la forme des baies et les différents matériaux de construction.
  • Les maçonneries du portail d’entrée de style roman  présentent quelques vestiges de moulures intéressants. Ils ont été réparés récemment (2016) en mortier clair, à priori à base de chaux.

 

Quelle est la signification du vitrail au fond du choeur ?choeur-eglise

 

 Eglise : l’entretien en quelques dates …

  • 1955 (environ) : Le plafond de la nef est réalisé en plâtre sur lattis.
  • 1957-1960 : Couverture, (Giraud Jean-Marie, maçon à Monsireigne), zinguerie (Ets Rousseau Joseph, la Flocellière), charpente menuiserie (Ent. Enfrein, Monsireigne), électricité (Ent. Lemoine, Mouilleron-en-Pareds), plâtrerie (Godard Pouzauges), Vitraux (Aimé Lafay, Petit-Bourg, les Herbiers).
  • 1970 : Septembre. Réfection de la couverture : grande nef, chœur, sacristie. Rangement des tuiles et remise de lattes en mauvais état. Travaux effectués par l’entreprise GIRAUD Jean-Marie de Monsireigne. Chauffage : Henri Ducept, la Châtaigneraie. Electricité : entreprise Mouchard, le Boupère) et réparation mur de la sacristie par l’entreprise Giraud.
  • 1976 : Installation de l’horloge, électrification des 2 cloches par l’entreprise Lussault de Tiffauges.
  • Couverture de l’ensemble effectuée par l’entreprise GIRAUD Bernard de Monsireigne. Charpente : Enfrein Robert, Monsireigne, Zinguerie : Chaigneau Jacques, Chavagnes-les-Redoux.
  • 1989 : En juin, changement de la cloche appelée : Marie-Victoire.
  • 1991 : Installation d’un nouvel orgue.

    Le nouveau coq (à gauche) installé en mars 2005.

  • 2000 : Carrelage moderne de la nef par l’entreprise Gaborit Gilles, Monsireigne.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • 2017 : Novembre-Décembre : Couverture avec des tuiles mécaniques de type canal S : grande nef, chœur, sacristie, clocher. Travaux effectués par l’entreprise de maçonnerie ORGERIT Jacques de Saint-Prouant.